Elle ne sait plus. A gauche ou à droite ? Cela lui semblait si simple quand les autres le faisaient. Si seulement il lui laissait le temps d’appréhender les pas, elle pourrait probablement le refaire.

Elle regarde le step, cette marche incongrue, cette ébauche d’escalier, placé au beau milieu de la salle sur son beau tapis bleu. Ce step qui veut sa mort, elle en est persuadée. Dans ses oreilles, de la techno à mi-chemin entre les années 90 et le millénaire prochain lui donne le rythme. Dans sa poitrine, son cœur frappe sur la même cadence, au risque de décrocher.

Elle tenait le pas. Elle l’a réussi il n’y a pas cinq minutes. Et maintenant, plus rien. Basic step, jump, knee up, mambo, reverse, straddle jumping… elle se dit qu’elle aurait mieux fait d’écouter en cours d’anglais, elle ne serait pas aujourd’hui dans une telle situation.

OK, on ne se démonte pas, ils en sont déjà à la deuxième choré. On suit.

Qu’est-ce qu’il lui a pris de s’inscrire à ce cours ? Le dernier cours auquel elle avait assisté n’avait fait que mettre en lumière son incapacité à suivre la plus simple des chorégraphies sans s’emmêler les pinceaux. Au moins avaient-il la décence d’être une bonne cinquantaine à se déhancher, ça lui avait permis d’être relativement invisible.
Aujourd’hui, hiver oblige, elle ne compte que quelques six malheureux fessiers, tous bien plus fermes que le sien. Pas évident de se planquer dans une clairière peuplée de nymphettes.

Pause de 15 micro-secondes pour se désaltérer. Si elle avait su, elle aurait rempli sa gourde de vodka. Quitte à faire un Walk of Shame, autant le faire pour de vrai. Avec un peu de chance, ça aurait même pu améliorer sa coordination. A bien y réfléchir, elle est sûre de tenir un concept : le drunken step ! Pour ceux qui ne tiennent pas trop à leurs genoux…

Allez, on y retourne. Elle commence à comprendre le principe. Surtout, ne pas regarder les autres ! Elle tient le pas et boum! sa collègue d’à côté se plante. Ca la déconcentre et elle se retrouve debout sur sa marche, à considérer sa place dans l’univers et à se demander si elle tient tant que ça à rentrer dans son maillot cet été.

Ma fille, tu n’as pas fait quatre ans d’études pour te faire insulter par un podium en plastique de 30 cm de haut. Et là, la grâce la touche ! Elle sait ! Son corps sait ! La voilà à virevolter sur sa planche, à enchaîner les reverse, les jazzsquare, les mambo. Elle survole tellement la choré qu’elle en viendrait presque à jeter un regard condescendant sur celles qui peinent encore.

La note finale n’a pas fini de résonner que le prof leur demande qui sera là au retour des vacances. Elle lève une main rageuse. Pas question de se dégonfler, maintenant qu’elle connaît les pas.

« Génial, réplique celui-ci. Et n’oubliez-pas, nouvelle année, nouvelle choré ! »

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles similaires

Katia

Bloggeuse amateur & Ecrivain dilettante

Non, ce n’est pas moi sur la photo et c’est la raison pour laquelle j’écris et que je ne fais pas de vidéos.
Rêver sa vie ou vivre ses rêves ? J’avoue que je n’ai pas encore choisi. Et vous ?

Katia Lacourte

Mes favoris
EXPLOREZ