« J’m’ennuie ! »

Cette phrase a le don de me mettre hors de moi. Moi qui passait mes journées le nez au plafond, ça me hérisse de voir mes mouflets errer comme une âme en peine dans le salon.
Il fait beau ? Étend-toi dans l’herbe et rêvasse.
Il fait moche ? Tu as encore moins d’excuses pour poser ta tête sur l’oreiller !

Je crois que j’ai passé le plus clair de ma vie dans ma tête. Petite, je passais mes journées dans ma chambre à inventer une vie à mes Barbies. Jouer avec les autres, pour qu’ils m’imposent leur scénario ? Très peu pour moi.
Deux heures de bus par jour pour aller en cours ? Chouette, casque sur les oreilles, et me voilà partie !
Pour être honnête avec vous, j’ai passé mes années collège, lycée et post-bac les yeux dans le vague, à m’imaginer des aventures romanesques pendant que les profs déballaient leur cours.

J’étais devenue championne dans l’art du camouflage. Oui, je vous regarde, mais je ne vous écoute que d’une oreille. L’autre est trop occupée à écouter mon discours intérieur.

8 de moyenne en Histoire, mais 20 sur 20 en imagination, mon pote !

J’ai vécu plus de vies que vous ne pourrez jamais en imaginer, j’ai visité tous les pays, eu tous les meilleurs jobs du monde et surtout, je suis sortie avec les plus beaux mecs de la planète. Parce que dans ma tête, il n’y a pas de limites !

Dans ma tête, je suis qui je veux, je fais ce que je veux avec qui je veux.

Mais ne vaut-il mieux pas vivre ses rêves que de rêver sa vie ? Je connais la maxime et elle est bien belle, mais je rêve au-delà de mes moyens. Et puis si l’histoire ne me plaît pas, peu importe, je tente une variation et je verrai bien où cela me mènera. Essayez de faire ça dans la vraie vie !

Mais ne vous méprenez pas, une imagination débordante est d’une utilité folle. Quand on est capable de s’imaginer au bras d’Orlando Bloom, cela va de soi de draguer son sosie. Et de l’épouser.

Et surtout, cela pousse à être curieux. Parce que quitte à m’imaginer une vie, autant qu’elle soit le plus réaliste possible. Ma tête part en voyage ? Soyons précis. Où, comment, à quoi ça ressemble, comment y vit-on ?

C’est grâce à cette quête du rêve parfait que je suis tombée sur mon autre passion. La musique de films. Parce que si la vie ne vaut pas d’être vécue sans musique, les rêves non plus.

Je sais que Mister Pachou a du mal à lire des romans, parce qu’il a du mal à s’imaginer le monde de l’auteur et que cela le bloque. Miss Carotte, à l’inverse, semble extrêmement à l’aise avec sa tête. Tellement à l’aise qu’elle m’a avoué rêvasser la moitié de ses cours.

Et je vous l’accorde, ça va être compliqué pour moi de la blâmer sur ce point…

PS : Mister Pachou m’avoue avoir chopé le virus. Nous v’là bien !

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles similaires

Katia

Bloggeuse amateur & Ecrivain dilettante

Non, ce n’est pas moi sur la photo et c’est la raison pour laquelle j’écris et que je ne fais pas de vidéos.
Rêver sa vie ou vivre ses rêves ? J’avoue que je n’ai pas encore choisi. Et vous ?

Katia Lacourte

Mes favoris
EXPLOREZ